:::: MENU ::::

Islande : prémisses d’une prophétie ?

  • Mai 02 / 2015
  • 0
La Plume

Islande : prémisses d’une prophétie ?

Pléthore de médias nous assaillent quotidiennement d’informations de premier ordre visant à nous confronter à des problèmes susceptibles de nous intéresser, nous toucher ; pourtant, il est un fait économique et social qui, loin d’être insignifiant, fut cependant éludé totalement du kaléidoscope journalistique. Que penser de cette éviction ? Quels sont les enjeux de la révolution populaire en Islande ?


Tout d’abord, il est crucial de replacer les étapes vécues par l’Islande dans leur contexte : après avoir subi de plein fouet la crise des subprimes de 2008 (il fut le premier pays à être touché) et alors que les 3 banques principales du pays sont gravement touchées : Glitnir, Landsbanki et Kaupthing ; autrefois machines (privées bien sur) à relancer l’économie par la profusion de crédits visant à rentabiliser leur investissement, elles furent nationalisées lors de la crise.

Parmi ces banques, Landsbanki eut un rôle important : en effet, cette banque en ligne comptait de nombreux hollandais et britanniques au sein de ces 340 000 épargnants. Ces derniers, peu ravis d’avoir perdu leur investissement, demandent réparation au gouvernement islandais qui accepte sous la pression (fin 2009)

Seulement, c’est à partir de ce moment-là que le peuple, mécontent de devoir payer des dettes qu’il n’a jamais contracté (on lui réclamait quelque 4 milliards d’euro) mais doit cependant rembourser, décide d’organiser des manifestations, propose des référendums et des consultations populaires. Ce qui lui permet en 2010 d’annuler l’accord de remboursement à la Hollande et à l’Angleterre via un vote qui prônera le refus à 93%.

Motivé et déterminé, le peuple n’a cessé de se faire entendre dans ce petit pays de 300.000 habitants, ils étaient jusqu’à 6000 tous les samedis pendant la crise afin de faire entendre leur désir de changement : pourquoi leur incomber une responsabilité qui n’est pas la leur ? Combien sommes-nous réellement à comprendre les tribulations économiques que nous subissons ? Comment pouvons-nous former des experts dans ces domaines mais leur laisser prendre tous les risques sans les responsabiliser face à l’impact sociétal énorme que leurs actions entrainent ?

Après avoir âprement lutté par toutes les possibilités démocratiques mises à leur disposition, le peuple eut gain de cause (allant jusqu’à poursuivre en justice certains dirigeants de banque islandaise, dont notamment l’ancien CEO de la banque Landsbanki à 12 mois de prison pour manipulation des marchés) et pu élire un gouvernement de gauche qui aujourd’hui apporte des réponses concrètes au problème chronique de crise en Islande (20 depuis 1875) : allégement généralisé de la dette (à hauteur de 25.000 pour les emprunts hypothécaires) pour les ménages à faible revenu, les PME ou encore les ménages ayant des dettes excédants leurs rentrées financières.

Mais le plus beau est sans doute aucun le rapport de 113 pages du nouveau gouvernement visant à retirer aux banques commerciales leur possibilité de créer de l’argent (et donc de la dette à partir du néant) pour ne laisser ce soin qu’au gouvernement par le biais de la Banque Centrale Islandaise. Cette réforme intitulée « A better monetary system for Iceland » pourrait bien se révéler être un exemple historique d’un système économique raisonnable, utilisant l’argent comme ce qu’il est réellement : un outil censé nous permettre de progresser universellement plutôt que le Saint Graal d’une élite narcissique ne cherchant que le profit direct et personnel.


 

Sources :

  1. Le Monde, Thorolfur Matthiasson, Université de Reykjavik, « Prendre Exemple sur l’Islande », 26.11.2012 à 10h44, http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/11/26/prendre-exemple-sur-l-islande_1795868_3234.html
  2. Le Point, Antoine Grenapin, « Comment l’Islande est sortie de l’enfer », Publié le 26/02/2012 à 08:57 – Modifié le 27/02/2012 à 11:24, http://www.lepoint.fr/debats/l-islande-une-nouvelle-utopia-26-02-2012-1435208_34.php
  3. The Telegraph, AFP, « Iceland looks at ending boom and bust with radical money plan », 31/03/2015 à 08h11, http://www.telegraph.co.uk/finance/economics/11507810/Iceland-looks-at-ending-boom-and-bust-with-radical-money-plan.html

Cyril Wintjens

Leave a comment